Quand le Rien Devient

La pratique de la sculpture prédomine mon travail de plasticienne depuis plusieurs années.  Je l'ai préalablement abordé comme un casse-tête auquel je voulais me confronter. Ma technique de travail empirique et mon choix des matières étaient plutôt éloignés des contraintes de rigueur liés à cette technique.

 

Je travaille la sculpture à partir de matériaux bruts destinés à la destruction : le carton est le matériau de  base de mon travail auquel j'associe le papier ,le métal ,le plastique… toutes ces matières dans leur phase de fin de vie.

 

À travers mon travail je veux sensibiliser, interpeller, provoquer le questionnement sur l'importance et le respect de ces matières.

 

Il est clair que le XXI ème siècle voit s’éclore l’engagement de chacun en terme de recyclage, et il est important que ce processus s’accélère et que tous sur la planète nous sentions concernés. . En référence à la légende du colibri chaque intervention si petite soit-elle est importante.

C'est par ma pratique artistique que je veux être de la partie et aider à cette prise de conscience.

Aujourd'hui des zones de détritus tellement importantes dans l'océan Pacifique amènent à parler d'un 7éme continent,  un continent dont nos enfants hériteront si l'on n'agit pas maintenant. 

Qui se retourne sur un carton souillé déchiré  ? Et si ce même carton est mise en scène et devient sculpture,  une sculpture réalisée à partir d'un Rien…c’est Possible…. 

 

Si les matières que je travaille expriment de manière constante ce message d’alerte sur la pérennité du bien être de notre monde, mes compositions quant à elles traduisent et mettent l’accent sur des sentiments et des ressentis intemporels.

La série « Équilibre » interpelle sur la notion d’Equilibre, Graal précaire, qui se crée puis se détruit au fil du temps qui passe. Une suite de mouvements crée et/ou détruit. Et, entre chacune de ces phases, il y a ce temps latent de l’équilibre : fondation de nos émotions et pierre de construction de notre chemin.

​​

La première réalisation de la série « Icare » propose un focus sur la manière de progresser, d’évoluer… et ses dérives quant aux exigences toujours plus folles. 

Lorsque je travaille , je ne cherche pas à donner une forme en déformant,  elle vient d’elle même et en appelle une autre…. une énergie se créée  et en développe d’autres qui elles mêmes composent à l’infini pour ne faire qu’une vaste énergie.